Archives de Tag: Pierre Niney

20 ANS D’ECART 3/5

Image

Origine: France

Réalisateur: David Moreau

Distribution: Virgine Efira, Pierre Niney, Charles Berling, Gilles Cohen, Camille Japy, Michaël Abiteboul

Genre: Comédie romantique

Date de sortie: 6 mars 2013

Résumé: Alice Lantins a 38 ans. Elle est belle, ambitieuse et fait preuve d’une impeccable conscience professionnelle au point d’en oublier sa vie privée. Bref, elle a tout pour devenir la prochaine rédactrice en chef du magazine « Rebelle », tout sauf son image de femme coincée. Mais lorsque le jeune et charmant Balthazar, à peine 20 ans, va croiser le chemin d’Alice, le regard de ses collègues va inexplicablement changer. Réalisant qu’elle détient la clef de sa promotion, Alice va feindre la comédie d’une improbable idylle.

Ma critique:

20 ans d’écart traite d’un sujet encore peu présent dans le cinéma français mais à l’inverse, très présent dans la société. Ici, c’est Virginie Efira qui joue la « cougar » et Pierre Niney qui tient le rôle du jeune étudiant qui tombe sous le charme. Ces deux acteurs sont bons dans leur rôle respectif. Virginie Efira, bien qu’un peu jeune pour ce rôle, fait plaisir à voir dans un rôle qui change de ses propositions précédentes. Ici, on la retrouve en femme indépendante, froide qui souhaite rester célibataire. Quant à Pierre Niney, il joue à merveille Balthazar, jeune étudiant à l’ouest et quelque peu gaffeur qui se révèle finalement être romantique, culotté et intelligent. Il ne fait donc que confirmer son statut de révélation déjà attribué après Comme des frères. On regrette tout de même qu’il ne soit pas plus mis en avant. En effet, c’est plutôt Alice qui mène la danse et provoque les rebondissements. En ce qui concerne le film en lui-même justement, on peut déjà noter l’originalité du générique basé sur la mise en page d’un magazine. Ceci n’est pas anodin dans la mesure où Alice travaille dans un magazine de mode nommé « Rebelle » dont l’univers est retranscrit de manière très caricatural ce qui est regrettable car, finalement, ça ne fait pas sourire. Les sourires manquent justement dans ce film. Les quelques gags mis en avant sont réussis ( le petit déjeuner / la première relation / la séance photo ) mais ils sont peu nombreux ce qui est dommage vu le potentiel humoristique de Pierre Niney. En outre, le point positif de ce film est qu’on croit en la relation entre les deux personnages. Le fait que Virginie Efira ne fasse pas si âgée que cela fait oublier le coté « cougar » et nous permet de ne pas se poser la question de la possibilité de cette relation ( ce qui peut être vu comme un point négatif au vue du sujet de base). En ce qui concerne les seconds rôles, celui de Charles Berling en tant que père de Balthazar aurait pu être plus étudié car, ici, ce n’est finalement que la caricature inversée puisqu’il est lui-même avec une étudiante. Par conséquent, on est ici face un film vraiment sympathique où les deux comédiens principaux croient en leur rôle mais dont on attendait plus. 

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , ,

COMME DES FRERES 4,5/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Hugo Gélin

Distribution: Nicolas Duvauchelle, François-Xavier Demaison, Pierre Niney, Mélanie Thierry, Cécile Cassel

Genre: Drame/Comédie

Date de sortie: 21 novembre 2012

Le résumé: Depuis que Charlie n’est plus là, la vie de Boris, Elie et Maxime a volé en éclats. Ces trois hommes que tout sépare avaient pour Charlie un amour singulier. Elle était leur sœur, la femme de leur vie ou leur pote, c’était selon. Sauf que Charlie est morte et que ça, ni Boris, homme d’affaires accompli, ni Elie, scénariste noctambule et ni Maxime, 20 ans toujours dans les jupes de maman, ne savent comment y faire face. Mais parce qu’elle le leur avait demandé, ils décident sur un coup de tête de faire ce voyage ensemble, direction la Corse et cette maison que Charlie aimait tant. Seulement voilà, 900 kilomètres coincés dans une voiture quand on a pour seul point commun un attachement pour la même femme, c’est long… Boris, Elie et Maxime, trois hommes, trois générations, zéro affinité sur le papier, mais à l’arrivée, la certitude que Charlie a changé leur vie pour toujours.

Ma critique:

Ce film m’a enchanté ! Je l’ai vu en avant-première il y a maintenant dix jours et il reste, là, dans mon esprit… J’y repense … Je souris… Je suis émue. Le fait que ça soit très bien filmé par Hugo Gélin dont c’est le premier film, rappelons-le, nous permet vraiment de rentrer dans ce film. Il joue avec la lumière avec énormément d’habileté et cela crée une ambiance tout à fait particulière. A cela s’ajoutent les moment de musique rythmée que l’on doit au groupe Revolver, et les moments de silence parfaitement bien placés. Les comédiens sont vraiment parfaits même François-Xavier Demaison, que je ne porte pas vraiment dans mon coeur, m’a convaincu ! C’est également un plaisir de voir Nicolas Duvauchelle interpréter un rôle de garçon sensible, qui exprime ses sentiments. LA révélation de ce film est, pour moi, Pierre Niney qui tient son rôle avec beaucoup de réussite en tant que « petit jeune » de la bande constamment charrié mais totalement indispensable à l’équilibre du trio. Et bien sur, n’oublions pas Mélanie Thierry, rayonnante tout le long du film malgré la trame de base. Présente par le biais des flash-backs récurrents, elle illumine la caméra et ce même dans les derniers moments de sa vie. Précisons que ces flash-backs s’insèrent avec aisance dans l’évolution du film permettant de nous éclairer sur le lien qui uni ces quatre puis ces trois protagonistes. Enfin, la beauté de ce film tient aussi par les paysages qui évoluent tout au long du road-trip dont la fraicheur, la mer et le vent permettent de souffler et de se remettre de l’émotion qui nous submerge.

Les moins: pas de vrais moins pour ce film mis à part qu’on aurait aimé qu’il dure plus longtemps pour le plaisir de rester avec eux.

Les plus: l’histoire en elle-même / la BO / les acteurs / les paysages

Tagué , , , , , , ,