Archives de Tag: Comédie romantique

AMOUR ET TURBULENCES 4/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Alexandre Castagnetti

Distribution: Ludivine Sagnier, Nicolas Bedos, Jonathan Cohen, Clémentine Célarié, Arnaud Ducret

Genre: Comédie romantique

Date de sortie: 3 avril 2013

Le résumé: Alors qu’un avion la ramène de New-York à Paris où elle s’apprête à se marier, la belle Julie se retrouve assise à côté d’Antoine, un séduisant débauché qu’elle a aimé 3 ans plus tôt. Elle va tout faire pour l’éviter alors qu’il compte sur ces 7 h de vol pour la reconquérir! L’occasion pour nous de voyager dans le passé et de revivre leur rencontre, leur amour, leur rupture, autant de scènes rocambolesques, romantiques et corrosives qui vont faire de ce voyage le plus bouleversant de leur vie.

Ma critique:

J’annonce tout de suite la couleur: ce film est une pure réjouissance ! On peut dire que pour une première réalisation, Alexandre Castagnetti assure sur tous les plans. Pour commencer, l’idée de départ est vraiment bien trouvée: on part de la rupture pour découvrir l’histoire d’amour. Cette manière d’amorcer les choses est futée dans la mesure où ça introduit une curiosité chez le spectateur. Curiosité que l’on retrouve également chez les passagers de l’avion qui sont pris au jeu de connaitre le pourquoi du comment de la séparation entre ces deux protagonistes qui semblent pourtant perturber par le fait de se retrouver. De plus, le fait de situer l’action dans un avion est tout à fait judicieux car ça introduit un huis-clos où les personnages n’ont que peu de possibilités pour éviter l’autre. Pour comprendre l’histoire d’amour entre Julie et Antoine, on a le droit à des flash-backs très bien amenés grâce à une réalisation innovante où les transitions entre les différentes scènes sont présentées avec habilité. On a alors le droit aux versions de la femme et de l’homme ce qui permet au spectateur de prendre parti et donc de se sentir impliqué dans cette histoire. On se sent également impliqué car les acteurs le sont eux-mêmes. On croit de bout en bout à leur histoire. Beaucoup n’aime pas Nicolas Bedos mais ici on ne peut que reconnaitre qu’il mérite ce premier rôle. Il est réellement convaincant et on sent qu’il aime jouer. Son personnage semble se rapprocher de ce qu’il peut être dans la vie ce qui est d’autant plus touchant. Il faut dire qu’il a co-écrit le scénario et c’est tant mieux. Les dialogues sont vraiment percutants et modernes, loin de certaines comédies romantiques qui n’ont pas compris qu’on est passé dans le 21è siècle. Ludivine Sagnier, quant à elle, est rayonnante dans ce film. Elle joue à merveille la fille parano qui a peur de perdre son mec tellement elle est amoureuse. Les deux acteurs dégagent une réelle complicité qui nous pousse à avoir envie qu’ils soient ensemble dans la vie. Clémentine Célarié et Jonathan Cohen dans les premiers seconds rôles sont très bons, comme d’habitude. Il est temps, d’ailleurs, que Jonathan Cohen ait un première rôle, lui aussi. Par conséquent, il n’y a rien à dire sur cette comédie romantique réjouissante qui fonctionne très bien grâce à un scénario recherché et bien écrit, à des comédiens impliqués et à une réalisation très bien ficelée. 

0971364990213

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

20 ANS D’ECART 3/5

Image

Origine: France

Réalisateur: David Moreau

Distribution: Virgine Efira, Pierre Niney, Charles Berling, Gilles Cohen, Camille Japy, Michaël Abiteboul

Genre: Comédie romantique

Date de sortie: 6 mars 2013

Résumé: Alice Lantins a 38 ans. Elle est belle, ambitieuse et fait preuve d’une impeccable conscience professionnelle au point d’en oublier sa vie privée. Bref, elle a tout pour devenir la prochaine rédactrice en chef du magazine « Rebelle », tout sauf son image de femme coincée. Mais lorsque le jeune et charmant Balthazar, à peine 20 ans, va croiser le chemin d’Alice, le regard de ses collègues va inexplicablement changer. Réalisant qu’elle détient la clef de sa promotion, Alice va feindre la comédie d’une improbable idylle.

Ma critique:

20 ans d’écart traite d’un sujet encore peu présent dans le cinéma français mais à l’inverse, très présent dans la société. Ici, c’est Virginie Efira qui joue la « cougar » et Pierre Niney qui tient le rôle du jeune étudiant qui tombe sous le charme. Ces deux acteurs sont bons dans leur rôle respectif. Virginie Efira, bien qu’un peu jeune pour ce rôle, fait plaisir à voir dans un rôle qui change de ses propositions précédentes. Ici, on la retrouve en femme indépendante, froide qui souhaite rester célibataire. Quant à Pierre Niney, il joue à merveille Balthazar, jeune étudiant à l’ouest et quelque peu gaffeur qui se révèle finalement être romantique, culotté et intelligent. Il ne fait donc que confirmer son statut de révélation déjà attribué après Comme des frères. On regrette tout de même qu’il ne soit pas plus mis en avant. En effet, c’est plutôt Alice qui mène la danse et provoque les rebondissements. En ce qui concerne le film en lui-même justement, on peut déjà noter l’originalité du générique basé sur la mise en page d’un magazine. Ceci n’est pas anodin dans la mesure où Alice travaille dans un magazine de mode nommé « Rebelle » dont l’univers est retranscrit de manière très caricatural ce qui est regrettable car, finalement, ça ne fait pas sourire. Les sourires manquent justement dans ce film. Les quelques gags mis en avant sont réussis ( le petit déjeuner / la première relation / la séance photo ) mais ils sont peu nombreux ce qui est dommage vu le potentiel humoristique de Pierre Niney. En outre, le point positif de ce film est qu’on croit en la relation entre les deux personnages. Le fait que Virginie Efira ne fasse pas si âgée que cela fait oublier le coté « cougar » et nous permet de ne pas se poser la question de la possibilité de cette relation ( ce qui peut être vu comme un point négatif au vue du sujet de base). En ce qui concerne les seconds rôles, celui de Charles Berling en tant que père de Balthazar aurait pu être plus étudié car, ici, ce n’est finalement que la caricature inversée puisqu’il est lui-même avec une étudiante. Par conséquent, on est ici face un film vraiment sympathique où les deux comédiens principaux croient en leur rôle mais dont on attendait plus. 

Tagué , , , , , , , , , , , ,

LA STRATEGIE DE LA POUSSETTE 3/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Clément Michel

Distribution: Raphaël Personnaz, Charlotte Le Bon, Jérôme Commandeur, Camélia Jordana, François Berléand, Julie Ferrier

Genre: Comédie romantique

Date de sortie: 2 janvier 2013

Le résumé: Thomas a laissé partir Marie, à force de ne pas s’engager.
Un an plus tard, toujours inconsolable, il se retrouve avec un bébé sur les bras.
Il va se servir de cet enfant pour reconquérir la femme de sa vie…

Ma critique:

La stratégie de la poussette est un film réjouissant qui correspond aux attentes que l’on a: une comédie romantique divertissante qui ne demande pas de réflexion. C’est donc un film parfait en dvd mais qui n’a aucun intérêt au cinéma (mise à part de pouvoir regarder Raphaël Personnaz en gros plan). J’ai d’ailleurs peur qu’il ne trouve pas son public au vu d’un titre très mal choisi ainsi qu’une affiche peu aguicheuse. Pour autant, même si ce ne sera pas le film à voir en priorité, surtout avec toutes les sorties de janvier, il peut satisfaire pour une soirée entre fille un samedi soir. Le scénario de base est un peu poussif: une mère tombe des escaliers et le bébé atterrit dans les bras de Thomas qui évidemment s’est séparé de son ex car il ne voulait pas d’enfant alors qu’elle, oui. Cependant, dès lors que les choses se mettent en place, c’est à dire quand Thomas doit garder le bébé, les situations amusantes se multiplient. Raphaël Personnaz est alors vraiment convainquant dans son rôle d’apprenti père dépassé par les évènements. Il est vraiment touchant et la relation qu’il noue avec le bébé l’est d’autant plus. A l’inverse, tous les autres personnages ne m’ont que peu convaincus. Charlotte Le bon est plutôt fade et donne le sentiment de ne passer que par un sentiment tout au long du film. Elle confirme donc la mauvaise impression donnée dans le dernier Astérix et Obélix. Il en va de même pour Jérôme Commandeur que je ne parviens définitivement pas à apprécier. Mise à part pour fournir tous les objets se rapportant au bébé, il ne sert à rien. Julie Ferrier, quant à elle, est fatigante dans son rôle de nymphomane. Enfin, Camélia Jordana, pour son premier rôle montre qu’elle sait jouer la comédie sans pour autant explosée face caméra. Cette comédie contient tout de même certaine bonnes trouvailles notamment dès les premières scènes où l’histoire d’amour entre Thomas et Marie est résumée à travers un escalier. En résumé, c’est un film qui bénéficie d’une réalisation simpliste et de seconds rôles mal amenés mais qui parvient à divertir le spectateur grâce à des scènes touchantes et drôles.

Les plus: La scène d’ouverture / Raphaël Personnaz qui se révèle dans ce premier, premier rôle

Les moins: Les seconds rôles / la simplicité de la réalisation

LaStrategieDeLaPoussette_FP1

Tagué , , , , , , , , , , , ,