Archives de Tag: films

AMOUR ET TURBULENCES 4/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Alexandre Castagnetti

Distribution: Ludivine Sagnier, Nicolas Bedos, Jonathan Cohen, Clémentine Célarié, Arnaud Ducret

Genre: Comédie romantique

Date de sortie: 3 avril 2013

Le résumé: Alors qu’un avion la ramène de New-York à Paris où elle s’apprête à se marier, la belle Julie se retrouve assise à côté d’Antoine, un séduisant débauché qu’elle a aimé 3 ans plus tôt. Elle va tout faire pour l’éviter alors qu’il compte sur ces 7 h de vol pour la reconquérir! L’occasion pour nous de voyager dans le passé et de revivre leur rencontre, leur amour, leur rupture, autant de scènes rocambolesques, romantiques et corrosives qui vont faire de ce voyage le plus bouleversant de leur vie.

Ma critique:

J’annonce tout de suite la couleur: ce film est une pure réjouissance ! On peut dire que pour une première réalisation, Alexandre Castagnetti assure sur tous les plans. Pour commencer, l’idée de départ est vraiment bien trouvée: on part de la rupture pour découvrir l’histoire d’amour. Cette manière d’amorcer les choses est futée dans la mesure où ça introduit une curiosité chez le spectateur. Curiosité que l’on retrouve également chez les passagers de l’avion qui sont pris au jeu de connaitre le pourquoi du comment de la séparation entre ces deux protagonistes qui semblent pourtant perturber par le fait de se retrouver. De plus, le fait de situer l’action dans un avion est tout à fait judicieux car ça introduit un huis-clos où les personnages n’ont que peu de possibilités pour éviter l’autre. Pour comprendre l’histoire d’amour entre Julie et Antoine, on a le droit à des flash-backs très bien amenés grâce à une réalisation innovante où les transitions entre les différentes scènes sont présentées avec habilité. On a alors le droit aux versions de la femme et de l’homme ce qui permet au spectateur de prendre parti et donc de se sentir impliqué dans cette histoire. On se sent également impliqué car les acteurs le sont eux-mêmes. On croit de bout en bout à leur histoire. Beaucoup n’aime pas Nicolas Bedos mais ici on ne peut que reconnaitre qu’il mérite ce premier rôle. Il est réellement convaincant et on sent qu’il aime jouer. Son personnage semble se rapprocher de ce qu’il peut être dans la vie ce qui est d’autant plus touchant. Il faut dire qu’il a co-écrit le scénario et c’est tant mieux. Les dialogues sont vraiment percutants et modernes, loin de certaines comédies romantiques qui n’ont pas compris qu’on est passé dans le 21è siècle. Ludivine Sagnier, quant à elle, est rayonnante dans ce film. Elle joue à merveille la fille parano qui a peur de perdre son mec tellement elle est amoureuse. Les deux acteurs dégagent une réelle complicité qui nous pousse à avoir envie qu’ils soient ensemble dans la vie. Clémentine Célarié et Jonathan Cohen dans les premiers seconds rôles sont très bons, comme d’habitude. Il est temps, d’ailleurs, que Jonathan Cohen ait un première rôle, lui aussi. Par conséquent, il n’y a rien à dire sur cette comédie romantique réjouissante qui fonctionne très bien grâce à un scénario recherché et bien écrit, à des comédiens impliqués et à une réalisation très bien ficelée. 

0971364990213

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

EFFETS SECONDAIRES 4/5

Image

Origine : États-Unis
Réalisateur : Steven Soderbergh
Distribution : Rooney Mara, Jude Law, Catherine Zeta-Jones, Channing Tatum, Vinessa Shaw, Ann Dowd, James Martinez, Polly Draper, Michelle Vergara Moore, Vladimi Versailles…
Genre : Thriller/Drame
Date de sortie : 3 avril 2013

Le résumé: En prison depuis 4 ans, Martin, le mari d’Emily, vient enfin d’être libéré. Déterminé à repartir sur de bonnes bases, le couple doit néanmoins faire face à la dépression d’Emily, qui devient de plus en pesante. Devant l’ampleur de cette dépression, Emily finit par consulter Jon Banks, un psychiatre réputé. Ce dernier prescrit à la jeune femme un nouveau traitement qui, bien qu’efficace, provoque chez Emily des crises de somnambulisme. Et c’est justement à la suite de l’une de ses crises, qu’Emily se réveille, dans son appartement, son mari gisant à ses pieds…

Ma critique:

Ce film est l’un des plus intéressants que j’ai vu depuis le début de cette année 2013. Steven Soderbergh signe ici une oeuvre intelligente et surprenante en partant d’un fait basique et courant pour en faire un thriller. La scène d’ouverture est d’une efficacité folle dans la mesure où elle met en place une intrigue avant de nous replonger trois mois plus tôt. Se pose alors en nous, spectateurs, un questionnement qui ne cessera de nous suivre jusqu’à ce qu’on ait la réponse. Je me sens obligée de parler tout de suite de Rooney Mara qui a été une vraie révélation pour moi. Elle tient à elle seule tout le début du film et ce grâce à un jeu parfait. Toute l’atmosphère intrigante tient sur son personnage et ce qu’elle en fait. On ne sait jamais si on doit l’apprécier ou non tant ses personnalités sont multiples passant de la dépression à la fille « normale ». Sa dépression la pousse à aller consulter un psychiatre joué par Jude Law qui se veut intègre mais qui dans le fond est influencé par les laboratoires pharmaceutiques qui veulent être prédominants sur le marché. La question de la dépression constitue alors une première partie dans ce film puis il bascule dans une enquête policière dès lors qu’un meurtre a lieu. Il est difficile de parler de ce film sans en dire trop car le plaisir, ici, est d’avancer petit à petit dans l’intrigue à mesure que l’on collecte les informations. Le rebondissement qui fait passer le film dans un genre plus policier était totalement inattendu pour moi. On passe alors dans un esprit où tout le monde devient suspect et où les intentions réelles se dévoilent. La paranoïa hante le film mais nous hante également car on ne sait plus qui croire. Jude Law convainc en psychiatre pris dans un système concurrentiel où sa carrière est en jeu. C’est également un plaisir de retrouver Catherine Zeta-Jones qui se fait de plus en plus rare au cinéma. On peut simplement reprocher à Steven Soderbergh une réalisation un peu classique mais qui permet, en même temps, d’éviter le superflu et de ne s’intéresser qu’aux personnages. Par conséquent, on est face à un film qui a tout pour plaire: des acteurs parfaits, un scénario habile et différents rebondissements capables de nous captiver jusqu’au générique de fin. 

026364_px_470_

Tagué , , , , , , , , , , , ,

LE MONDE FANTASTIQUE D’OZ 3/5

Image

Origine : États-Unis
Réalisation : Sam Raimi
Distribution : James Franco, Mila Kunis Rachel Weisz, Michelle Williams, Zach Braff, Bruce Campbell, Tony Cox, Joey King, Abigail Spencer, Bill Cobbs, Ted Raimi…
Genre : Fantastique
Date de sortie : 13 mars 2013

Le Résumé: Au Kansas, Oscar Diggs, un magicien roublard sans envergure, est transporté, à bord d’une montgolfière, en plein cœur du Pays d’Oz, un endroit merveilleux, à la végétation luxuriante et aux créatures fantastiques. Dès son arrivée, Oscar rencontre Theodora, une gentille sorcière qui voit en lui le sauveur de la prophétie, qui saura contrer les agissements maléfiques d’une sorcière malfaisante. Considéré comme un héros, Oscar voit là une opportunité d’accéder à la gloire qui lui a fait jusqu’à présent défaut, sans se douter des péripéties qui l’attendent…

Ma critique:

Le film de Sam Raimi s’ouvre sur un générique superbe, très graphique, en noir et blanc et le tout sur la musique de Danny Elfman reconnaissable entres toutes. Ce noir et blanc accompagné d’un cadre réduit sublime l’image pendant les vingt premières minutes. Ces dernières permettent de situer l’action et le personnage d’Oscar Diggs avant qu’il n’arrive au pays d’Oz. On découvre alors un magicien peu doué qui gagne très mal sa vie et qui malgré tout va se retrouver transporté au pays d’Oz. Dès lors, la couleur apparait et l’écran s’élargie pour laisser place à un univers haut en couleur. Le monde dans lequel on est amené est vraiment superbe et ravira les enfants comme les adultes. Bien que certains passages pourraient faire peur aux plus petits. Il n’y a donc rien à dire sur la photographie de ce film. Le problème se pose plus au niveau du scénario qui est, en définitif, plutôt banal et parfois un peu poussif. Cela peut s’expliquer par le fait que le film vise aussi un public enfantin et par conséquent, il faut que ce dernier comprenne facilement ce qui se passe. Cela rend le film un peu long par moment. Cependant, le gros point positif du scénario est l’hommage rendu au cinéma comme on a pu le faire Martin Scorsese dans Hugo Cabret. Hommage déjà dans la réalisation mais également dans le contenu par la manière dont Oz parvient à combattre la méchante sorcière. Le dénouement est magnifique. On peut aussi apprécier les différentes touches d’humour amenées principalement par le singe.  En outre, il n’y a rien a dire sur les acteurs. James Franco n’est, certes, pas aussi bon que dans Spring breakers, mais il tient son rôle avec aisance montrant qu’il peut s’illustrer dans tous les genres. Michelle Williams joue avec beaucoup de facilité la fille niaise rappelant la sorcière blanche dans Alice au pays des merveille version Burton. Rachel Weisz et Mila Kunis sont également convaincantes avec leur « double » rôle respectif. Par conséquent, on est face à un film qui mêle drame, humour et émotion mais qui pâtit d’un scénario trop classique pour nous emporter totalement. 

le-monde-fantastique-d-oz-oz-the-great-and-powerful-13-03-2013-12-g

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , ,