Archives de Tag: Gad Elmaleh

L’ECUME DES JOURS 3,5/5

Image

Origine: France
Réalisateur: Michel Gondry
Distribution: Audrey Tautou, Romain Duris, Omar Sy, Gad Elmaleh, Aïssa Maïga, Charlotte Le Bon, Sacha Bourdo, Philippe Torreton, Laurent Lafitte, Natacha Régnier, Alain Chabat…
Genre: Comédie/Romance/Drame/Adaptation
Date de sortie: 24 avril 2013

Le Résumé: Dans un Paris fantasmagorique, Colin, un jeune nanti, tombe amoureux de Chloë, avec laquelle il convole en justes noces. Leur bonheur est total, mais s’interrompe brutalement, lorsqu’une terrible maladie frappe Chloë : un nénuphar pousse dans son poumon droit. Voyant son pécule fondre comme neige au soleil, et son environnement curieusement se dégrader, Colin cherche du travail pour la première fois de sa vie et se voit assigné à des taches de plus en plus absurdes…

Ma critique:

Avec cette adaptation de Boris Vian, Michel Gondry se lance dans un pari osé et en ce sens, on peut déjà le remercier et le féliciter de s’être lancé dans cette réalisation. L’avis sur ce film diffère obligatoirement que l’on ait lu le livre ou non. En ce qui me concerne, j’ai lu le livre juste avant de voir le film et il est indéniable que Michel Gondry respecte l’oeuvre de Vian. J’ai retrouvé dans le film à la fois ce qui m’a plu et déplu dans le livre. L’interprétation des acteurs est respectueuse des personnages développés dans le roman. Romain Duris est enjoué et sensible à l’image du Colin du livre, Audrey Tautou se montre bâtante et pense avant tout aux autres ce que l’on ressent dans le livre avec son personnage de Chloé. Cependant, les plus surprenants sont les acteurs secondaires que sont Gad Elmaleh, Omar Sy, Charlotte Lebon ou encore Aïssa Maïga. Je ne les aurai surement pas imaginés dans ces rôles là mais finalement ils s’en sortent tous bien. On peut noter également les petites apparitions d’Alain Chabat dont c’est toujours un plaisir de le retrouver. Outre les acteurs, c’est en réalité Michel Gondry qui se révèle de nouveau en nous offrant tout son savoir faire et toute son imagination. Il va d’ailleurs parfois plus loin que ce qu’on avait pu imaginer en lisant l’oeuvre. C’est un réel plaisir de voir se matérialiser ce que l’on a pu lire. Je pense en disant cela au Pianocktail, au nuage, à la voiture transparente mais également aux murs qui se rapprochent et à l’espace qui rétrécie. Gondry a réussi tous ces éléments avec brio et l’univers créé par Vian est vraiment retrouvé et transposé avec minutie. En ce sens, je pense, par contre, que si l’on n’a pas lu le livre et qu’on n’a aucune idée de l’imaginaire de Vian, il doit être difficile de comprendre pourquoi il y a tout ça et ça doit être déroutant de rentrer dans cet univers. De plus, Gondry a parfois laissé certain élément de coté comme l’évolution de la relation entre Chick et Alise. En effet, dans le film, on voit qu’Alise ne supporte plus le comportement de Chick mais tout ça semble vraiment soudain alors que dans le livre, on voit la dégradation de la relation et les excès de Chick. Par ailleurs, le gros défaut, commun au film et au livre, est le manque d’émotion ressenti. Je n’avais pas été ému par le sort des personnages en lisant et je ne l’ai pas été, de nouveau, en visionnant le film. Cependant, le passage de la couleur ou noir et blanc est vraiment sublime et est une très bonne idée. Par conséquent, on est face à un film où Gondry montre tout son savoir-faire mais le trop d’attention accordée aux décors et aux éléments imaginaires empêche d’être ému par l’histoire. 

2408660_l-ecume-des-jours

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

LE CAPITAL 2/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Costa-Gavras

Distribution: Gad Elmaleh, Gabriel Byrne, Natacha Régnier, Céline Sallette, Bernard Lecoq, Hipollyte Girardot, Liya Kebede

Genre: Drame

Date de sortie: 14 novembre 2012

Le résumé: La résistible ascension d’un valet de banque dans le monde féroce du Capital.

Ma critique:

Je ne m’y connais pas assez (pas du tout?!) pour pouvoir analyser le traitement fait vis à vis de la finance. Par conséquent, je ne me risquerai pas à critiquer la vision donnée du capitalisme et autre dans ce film. D’ailleurs, c’est bien un point positif que je pourrai lui donner dans la mesure où je ne me suis pas sentie totalement dépassée ou mise à l’écart du sujet. Les mots employés et l’avancée du film m’a paru clair et compréhensible. Pour autant, il est incontestable que Costa-Gavras n’est pas un partisan des banques et de ses employés. Il fait un portrait péjorative des banquiers et du capitalisme mondial en montrant des individus très superficiels ( diner mondain / vin / fille comme principaux centres d’intérêts) où les américains sont les Rois. Concernant les acteurs, ils ne sont que peu convainquant. On a des difficultés à croire aux personnages avec le sentiment que les textes sont dits de manière automatique. Ce sentiment se reflète principalement chez Gad Elmaleh qui donne l’impression de caricaturer les mêmes personnages qu’ils caricaturaient déjà dans ses spectacles humoristiques. On connait malheureusement trop ses mimiques, ses expressions pour qu’on en fasse abstraction dès lors qu’il interprète le personnage de Marc Tourneuil. De plus, le personnage de Liya Kebede m’a semblé inutile et d’une superficialité sans nom. Certes, il permet de montrer que les hommes ne peuvent résister à la femme, mais sans chercher à aller plus loin dans l’analyse. C’est donc, pour moi, des scènes superflues qui ne font que rallonger un film déjà trop long.

Les plus: L’insertion dans un univers peu connu ( pour moi)

Les moins: le jeu des acteurs / la longueur du film / le manque de neutralité de la part du réalisateur

Tagué , , , , , , , ,