Archives de Tag: Max Boublil

LES GAMINS 3,5/5

Image

Origine: France
Réalisateur: Anthony Marciano
Distribution: Alain Chabat, Max Boublil, Mélanie Bernier, Sandrine Kiberlain, Arié Elmaleh, Elisa Sednaoui, Kheiron, Alban Lenoir, François Dunoyer, Nicolas Briançon…
Genre: Comédie
Date de sortie: 17 avril 2013

Le Résumé: Alors qu’il vient de se fiancer avec la belle Lola, Thomas, un jeune musicien, rencontre ses beaux-parents. Gilbert, le père de Lola, désabusé par la vie de couple après de nombreuses années de mariage, sympathise avec Thomas, qui commence alors à douter de ses engagements et de ses choix de vie. Ensemble, ils commencent à sortir et à multiplier les frasques…

Ma critique:

Quelle belle surprise que ces gamins interprétés par Alain Chabat et Max Boublil. La bande-annonce laissée déjà présager un film frais avec un humour efficace et finalement, le film se révèle encore plus réussi que ce que la bande annonce montrait, chose rare. On rentre tout de suite dans l’histoire, le film ne perd pas de temps pour mettre en place les situations. On retrouve alors le couple Max Boublil/Mélanie Bernier rendant visite aux parents de cette dernière que sont Sandrine Kiberlain et Alain Chabat. Dès lors une complicité s’installe entre les deux hommes, complicité accentuée par le fait qu’Alain Chabat souhaite revenir à l’adolescence. On sait donc d’avance que le scénario n’a rien d’original mais, ici, ce sont les dialogues qui font mouches et qui construisent l’ensemble du film. Dès les premières scènes, les touches d’humour s’enchainent et ça ne va jamais s’arrêter. Il n’y a aucun temps mort ce qui fait que le film passe à une vitesse folle. C’est donc vraiment plaisant de simplement rire devant un film au cinéma sans que de réflexion soit demandée. De plus, c’est également très plaisant qu’un film atteigne sont objectif: cette comédie est une VRAIE comédie. Le film marche aussi grâce à la complicité qui existe entre Max Boublil et Alain Chabat. On ressent vraiment qu’ils s’amusent, qu’ils ont pris du bon temps et on peut se demander si certaines situations n’ont pas été improvisé. Alain Chabat profite de ce rôle à 100% et ça fait plaisir à voir. Je reviens de nouveau sur l’humour, véritable point fort du film … Keiron en prince Iranien qui parle un français qui lui est personnel, Sandrine Kiberlain qui ne termine jamais ses phrases ou encore la visite d’appartement avec un sosie plus que ressemblant… Autant de trouvailles qui provoquent de véritables fous rires en salle. Par ailleurs, je regrette le fait que Sandrine Kiberlain ne soit pas plus présente. Selon moi, il y avait vraiment quelque chose à développer avec son personnage qui est travaillé mais mal exploité. Autre petit élément qui m’a gêné: les personnages de la maison de disque. Je n’ai pas trop compris l’objectif avec l’adolescente capricieuse et le directeur de maison de disque un peu nonchalant. Un moyen de critiquer cet univers ou juste l’occasion d’emmener les personnages dans un milieu luxueux?! Enfin, je mettrais également un petit bémol sur la fin qui est un peu bâclée mais c’est peut être là en réalité une déception de ma part car je ne voulais pas que le film se termine. Par conséquent, ce film est une pure réjouissance grâce à son humour très efficace et sa fraicheur.

0

Tagué , , , , , , , , , , , , , ,

DES GENS QUI S’EMBRASSENT 2/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Danièle Thompson

Distribution: Kad Merad, Monica Bellucci, Eric Elmosnino, Lou de Laâge, Valérie Bonneton, Max Boublil, Clara Ponsot, Ivry Gitlis

Genre: Comédie dramatique

Date de sortie: le 10 avril

Le résumé: Ça tombe mal c’est l’enterrement de la femme de Zef pendant que Roni marie sa fille ! Cet événement inattendu aggrave les conflits entre les deux frères que tout sépare déjà : métiers, femmes, austérité religieuse de l’un, joie de vivre de l’autre, tout, à part leur vieux père au cerveau en vadrouille et leurs deux filles qui s’adorent. Entre Londres, Paris, Saint-Tropez et New York, affrontements, malentendus, trahisons, vont exploser le paysage de la famille, mais grâce à ces disputes, à ces réconciliations chaotiques, vont naître une grande histoire d’amour… et peut-être deux.

Ma critique: 

Je suis plutôt partagée autour de ce film d’où ma note, peut être, un peu sévère. Je l’ai vu il y a maintenant plus d’une semaine, et avec du recul, je pense que Danièle Thompson remplie plutôt bien le contrat. On est face à un film choral mêlant histoire de famille, humour et drame. Le scénario, bien que peu original, est efficace et l’on rentre facilement dans cette histoire qui est à multiples échelles: on a d’un coté l’histoire entre les deux frères qui ne s’entendent pas puis une autre, qui prend le dessus, entre les deux cousines amoureuses de la même personne et enfin on a le père ou le grand père malade. Ce sont ces deux dernières histoires qui m’ont le plus touché. En effet, les deux frères qui ne s’entendent pas c’est vu et revu et, par conséquent, cela perd en intérêt. D’autant plus qu’on a tous une idée précise de la manière dont ça va se terminer entre eux. Kad Merad est correcte dans son rôle mais le coté « chanteur qui a raté sa carrière » est vite pénible. Quant à Eric Elmosnino, je l’ai trouvé très bon bien que son rôle ne demande pas une performance d’acteur exceptionnelle. Mes gros coups de coeur vont pour Lou De Laâge et pour Ivry Gitlis qui apportent respectivement fraicheur et humour. Lou De Laâge est vraiment la révélation féminine en ce moment entre ce film et Jappeloup . Elle joue avec beaucoup de justesse et chacune des émotions qu’elle peut ressentir nous est partagées. On croit en son amitié avec sa cousine interprétée par Clara Ponsot que l’on a pu voir dans Les infidèles notamment. Leur duo fait plaisir à voir bien qu’il va être quelque peu contrarié par la présence de Max Boublil, homme partagé entre les deux femmes. Rien à dire sur ce dernier bien qu’il semble être un peu dans la retenue à certains moments. Comme dit précédemment, c’est un plaisir de voir Ivry Gitlis dans son rôle qui apporte beaucoup d’humour au film ce qui n’est pas pour déplaire. En réalité, le gros souci du film c’est sa lenteur. Le scénario est intéressant, les acteurs jouent bien mais qu’est ce que c’est lent. Ca ne dure que 1H30 et pourtant on a le sentiment d’être dans la salle depuis au moins 2 heures quand ça se termine. C’est vraiment dommage parce que du coup ça gâche l’ensemble du film, qui, par ailleurs, est plutôt bon. Le traitement de la religion est plutôt intéressant sans être omniprésent ce qui est une bonne chose. Concernant Valérie Bonneton, je n’ai pas trop compris l’objectif des scénaristes sur la fin du film mais je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler. Par conséquent, on est face à un film plutôt sympathique où certains acteurs tirent leur épingle du jeu pour apporter fraicheur et humour mais dont la lenteur gâche l’ensemble. 

20431795.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , ,