Archives Mensuelles: décembre 2012

LA STRATEGIE DE LA POUSSETTE 3/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Clément Michel

Distribution: Raphaël Personnaz, Charlotte Le Bon, Jérôme Commandeur, Camélia Jordana, François Berléand, Julie Ferrier

Genre: Comédie romantique

Date de sortie: 2 janvier 2013

Le résumé: Thomas a laissé partir Marie, à force de ne pas s’engager.
Un an plus tard, toujours inconsolable, il se retrouve avec un bébé sur les bras.
Il va se servir de cet enfant pour reconquérir la femme de sa vie…

Ma critique:

La stratégie de la poussette est un film réjouissant qui correspond aux attentes que l’on a: une comédie romantique divertissante qui ne demande pas de réflexion. C’est donc un film parfait en dvd mais qui n’a aucun intérêt au cinéma (mise à part de pouvoir regarder Raphaël Personnaz en gros plan). J’ai d’ailleurs peur qu’il ne trouve pas son public au vu d’un titre très mal choisi ainsi qu’une affiche peu aguicheuse. Pour autant, même si ce ne sera pas le film à voir en priorité, surtout avec toutes les sorties de janvier, il peut satisfaire pour une soirée entre fille un samedi soir. Le scénario de base est un peu poussif: une mère tombe des escaliers et le bébé atterrit dans les bras de Thomas qui évidemment s’est séparé de son ex car il ne voulait pas d’enfant alors qu’elle, oui. Cependant, dès lors que les choses se mettent en place, c’est à dire quand Thomas doit garder le bébé, les situations amusantes se multiplient. Raphaël Personnaz est alors vraiment convainquant dans son rôle d’apprenti père dépassé par les évènements. Il est vraiment touchant et la relation qu’il noue avec le bébé l’est d’autant plus. A l’inverse, tous les autres personnages ne m’ont que peu convaincus. Charlotte Le bon est plutôt fade et donne le sentiment de ne passer que par un sentiment tout au long du film. Elle confirme donc la mauvaise impression donnée dans le dernier Astérix et Obélix. Il en va de même pour Jérôme Commandeur que je ne parviens définitivement pas à apprécier. Mise à part pour fournir tous les objets se rapportant au bébé, il ne sert à rien. Julie Ferrier, quant à elle, est fatigante dans son rôle de nymphomane. Enfin, Camélia Jordana, pour son premier rôle montre qu’elle sait jouer la comédie sans pour autant explosée face caméra. Cette comédie contient tout de même certaine bonnes trouvailles notamment dès les premières scènes où l’histoire d’amour entre Thomas et Marie est résumée à travers un escalier. En résumé, c’est un film qui bénéficie d’une réalisation simpliste et de seconds rôles mal amenés mais qui parvient à divertir le spectateur grâce à des scènes touchantes et drôles.

Les plus: La scène d’ouverture / Raphaël Personnaz qui se révèle dans ce premier, premier rôle

Les moins: Les seconds rôles / la simplicité de la réalisation

LaStrategieDeLaPoussette_FP1

Tagué , , , , , , , , , , , ,

HUGO CABRET 3,5/5

Image

Origine : États-Unis
Réalisateur : Martin Scorsese
Distribution : Asa Butterfield, Chloe Moretz, Ben Kingsley, Sacha Baron Cohen, Jude Law, Ray Winstone, Emily Mortimer, Helen McCrory, Christopher Lee, Michael Pitt, Michael Stuhbarg, Frances de la Tour…
Genre : Aventure
Date de sortie : 14 décembre 2011

Le Résumé:
Dans le Paris des années 30, Hugo Cabret, un jeune garçon, vit dans une gare. Seul depuis le décès de son père, Hugo répare et remonte les horloges de la gare et passe le plus clair de son temps à se cacher du gardien des lieux. Son passé est un mystère, tout comme l’étrange automate que lui a légué son père. Un robot à l’air mélancolique qui ne demande qu’à être actionné mais dont la clé – en forme de cœur – reste introuvable. C’est alors que la jeune Isabelle entre dans la vie d’Hugo…

 

Ma critique:

J’attendais Noël pour rattraper ce film et quel plaisir de le visionner à cette époque. C’est un film dont le qualificatif « familial » correspond vraiment bien. Les plus jeunes apprécieront la jeunesse du héros, l’univers et le décors hivernal. Les plus grand, quant à eux, apprécieront l‘hommage fait au cinéma et bien sur à Georges Méliès lui-même. L’ayant malheureusement raté au cinéma, il parait cependant flagrant que la 3D trouve sa place dans ce film ce qui très rare. Elle est d’autant plus intéressante qu’elle permet une belle comparaison entre la simplicité et l’artisanat dont faisaient preuve les cinéastes du passé et les technologies d’aujourd’hui de plus en plus innovantes. C’est bien cela que recherche Martin Scorsese car l’objet du film est bien sur le cinéma. Il prend comme prétexte ce film pour exprimer son amour du cinéma ce qui constitue son intérêt principal voire unique. En effet, la première partie où le jeune Hugo est le personnage principal est quelque peu longue. La mise en place des premiers personnages est un peu brouillonne. On ne comprend pas trop ce qui est arrivé à Hugo ni pourquoi le gardien de la gare (Sacha Baron Cohen) fait la chasse aux orphelins. Pour autant, il est étonnant de le retrouver dans un rôle à la fois sérieux, méchant mais attendrissant. Le film prend donc toute son ampleur dès lors qu’Hugo rencontre Georges Méliès et que l’histoire de ce dernier se révèle à nous. Les reconstitutions de la fabrication de ses films sont alors intéressantes et un nouvel univers s’offre à nous. On se dit alors que Martin Scorsese est allé à bonne école en prenant Méliès comme maitre. L’hommage à Chaplin et au cinéma muet est également touchant. Concernant les acteurs, je mettrais un bémol à Chloé Moretz que j’ai trouvé effacée, peu expressive tout au long du film. En bref, un film un peu trop long mais divertissant à souhait. Les images, les décors sont magnifiques et parfaits en période de Noël.

Les plus: L’hommage au cinéma / la scène du train qui ne s’arrête pas

Les moins: Chloé Moretz / un peu trop long

hugo-cabret-de-martin-scorsese-10572067jmvin

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

DES HOMMES SANS LOI 3,5

Image

Origine : États-Unis
Réalisateur : John Hillcoat
Distribution : Tom Hardy, Shia LaBeouf, Jason Clarke, Jessica Chastain, Dane DeHaan, Mia Wasikowska, Guy Pearce, Gary Oldman
Genre : Drame/Policier/Adaptation
Date de sortie : 12 septembre 2012

Le Résumé: 1931, État-Unis, état de Virginie : en pleine Prohibition, les frères Bondurant règnent sur la production d’alcool de contrebande. Confrontés à la police corrompue et aux gangsters rivaux, les Bondurant voient néanmoins leur commerce prendre une nouvelle ampleur lorsque Jack, le cadet, arrive à vendre leur alcool au légendaire Floyd Banner, un truand notoire. De quoi mettre un peu plus sur les dents, l’agent Charlie Rakes, qui n’aura de cesse de mettre fin à leur trafic.

Ma critique:

J’ai visionné ce film du fait des multiples bonnes critiques qui existent à son égard. Ce n’est pas le genre de films vers lesquels je me tourne habituellement et je remercie donc tous les blogueurs qui m’ont poussé à le voir. En effet, c’est vraiment un bon long métrage à la fois intéressant, intriguant et qui dépeint avec beaucoup de réalisme l’époque de la Prohibition dans les années 30 aux Etats-Unis. Ici, on entre dans cette période par le biais des frères Bondurant qui sont au nombre de trois: Jack interprété par Shia Labeouf, Forrest interprété par Tom Hardy et enfin Howard joué par Jason Clarke. Malgré le fait que ce soit Forrest le plus âgé et le plus redouté, c’est bien le personnage de Shia Labeouf qui est le plus mis en avant et qui fait avancer le fil de l’histoire. Histoire qui est vraiment le point fort de ce film ! En effet, le réalisateur, inspiré par le livre de Matt Bondurant, nous plonge avec beaucoup de réussite dans la prohibition. On retrouve alors de nombreuses scènes de violence où le sang gicle à foison entre les différents gangsters. Les interactions, les oppositions entre des hommes qui se disputent le milieu sont bien décrites et en font des scènes marquantes. En outre, bien que ce film oscille entre le western et le film de gangsters, un certain romantisme en ressort à travers la présence de deux femmes: Mia Wasikowska et Jessica Chastain. Bien que je regrette le fait que cette dernière ne soit pas plus présente à l’écran et que la relation avec Tom Hardy ne soit pas plus développée, il est évident que c’est une grande actrice qui sait faire passer beaucoup d’émotion. A l’inverse, je suis plus sceptique face à Mia Wasikowska que je trouve plutôt fade et mono-expressive. Enfin, je citerai Guy Pearce qui est très bon en méchant. Par conséquent, Des hommes sans loi, est un film qui n’est pas parfait mais qui a le mérite de retranscrire avec réalisme une histoire vraie de  l’époque de la prohibition.

Les plus: l’époque de la Prohibitation / la musique / Shia Labeouf / Jessica Chastain

Les moins: La fin trop idéaliste / Mia Wasikowka

des-hommes-sans-loi-photo-4fba0483535cb

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,