Archives Mensuelles: février 2013

PASSION 3,5/5

Image

Origine : France/Allemagne
Réalisateur : Brian De Palma
Distribution : Noomi Rapace, Rachel McAdams, Karoline Herfurth, Paul Anderson, Rainer Bock, Benjamin Sadler, Michael Rotschopf…
Genre : Thriller/Remake
Date de sortie : 13 février 2013

Le Résumé: Isabelle travaille pour Christine, une jeune femme autoritaire, au sein d’une multinationale spécialisée dans la publicité. Fascinée par sa patronne, Isabelle est néanmoins choquée le jour où cette dernière s’approprie les mérites de son travail, pour le compte d’une marque de téléphonie mobile. Commence alors un jeu de manipulation et de faux-semblants entre les deux femmes…

Ma critique:

Brian De Palma revient, ici, avec un film en demi-teinte à la fois ennuyeux et angoissant à souhait. Le film se divise donc en deux parties pour moi. La première heure est plutôt longue à passer du fait de la mise en place de la situation. On découvre les personnages, les caractères, les liens entre tous, les premières tensions mais également les lieux. Le tout dans une ambiance vieillotte qui donne le sentiment d’être dans un vieux téléfilm qui passerait sur la tnt à deux heures du matin. On a alors l’impression que Brian De Palma n’est pas investi dans cette réalisation avec des images brutes et non recherchées. C’est plutôt déroutant au début et puis, plus les choses avancent, plus la réalisation s’étoffe et les images semblent alors plus soignées. Les plans se font plus proches, les images plus belles et les détails se multiplient. C’est donc la seconde partie, soit les 40 minutes, qui permet au film d’exploser et, ainsi, maintenir le spectateur en haleine. Cela est rendu possible grâce à une tension grandissante où la manipulation est à son comble. On se demande toujours ce qu’il va se passer, le pourquoi et le comment des évènements. Le film qui était alors concentré sur Christine (Rachel Mc Adams) et Isabelle (Noomi Rapace) s’ouvre à de nouveaux personnages qui prennent une place plus importante: l’homme partagé par les deux femmes et la secrétaire. Cela ne fait que rendre le récit plus flou et multiplier les questionnements du spectateur. Le film se révèle alors être plus qu’un film érotique où finalement les scènes « perverses » ne sont que peu montrées. Ici, il est réellement question de la manipulation, de l’humiliation, de la volonté de réussir et de la folie. Les actrices sont vraiment excellentes  surtout Rachel Mc Adams qui tient, ici, l’un de ses premiers vrais rôles importants. Noomi Rapace semble effacée tout au long de la première partie mais est surprenante sur la fin du film parvenant à captiver totalement le spectateur. Quant à Karoline Herfurth, qui joue la secrétaire, son jeu est également tout à fait convainquant. En outre, j’ai vraiment adoré la fin du film qui m’a fait réhaussé ma note. Il y avait une véritable tension à la fois déroutante et jubilatoire. Dès lors que l’on croit avoir compris ce qu’il s’est passé, les cartes sont remises en jeu. Le tout étant accentué par une musique stressante à souhait qui rappelle Hitchcock. Par conséquent, on est face à un film, qui, malgré une première partie très très moyenne, ne peut laisser indifférent ce qui en fait toute sa force. 

bulgari_335752311_north_883x

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Live Report – PEAKS au Nouveau Casino

Image
C’est une toute nouvelle aventure qui attend ici Morgane Imbeaud et Yannick Demaison pour ce premier vrai concert au Nouveau Casino à Paris. Pour l’occasion, c’est donc une petite salle d’environ 400 personnes qu’ils ont choisi montrant toute leur humilité au vue de leurs succès précédents. Ce concert est l’occasion pour eux deux de présenter l’EP joliment intitulé Love sorti seulement deux jours plus tôt soit le 11 février.
La première personne arrive à 17 heure mais c’est réellement vers 19 heure que les gens commencent à se tasser le long des barrières. La salle se remplie lentement mais sûrement et se retrouve prête à accueillir The Rodeo qui arrive sur scène à 20h25. Après l’avoir vu il y a maintenant plusieurs années en première partie de Cocoon, je la retrouve, ici, changée et visiblement plus sur d’elle. Les compositions se sont affinées prenant une tournure plus pop voire country. La chanson Little Soldiers est d’ailleurs mon coup de coeur de cette première partie.
P1010091
Après une pause très courte du fait du retard pris précédemment, c’est au tour de Peaks d’arriver sur scène. Le duo est alors accompagné de Vincent Estival et de Romain Carrier à la batterie. Morgane, comme à son habitude, se place au piano mais cette fois au centre de la scène ce qui fait bien plaisir. Yannick, quant à lui, assure la guitare et les choeurs et même le chant d’une chanson vers la fin du concert. N’ayant pas pu écouter l’EP avant ce concert, je ne connaissais que trois chansons: Love / Spain / Christmas Song. C’est avec la première citée que le duo a choisi de commencer. Cela m’a permis de rentrer directement dans le concert ce qui était fort agréable. Les chansons Amélie et 200 years ont ensuite été joué puis ça a été le tour du « single » intitulé Spain. Déjà très efficace en version studio, ce titre se révèle encore plus en live.
Les chansons s’enchaînent et le tout passe vraiment très vite. On sent rapidement que c’est un vrai premier concert dans la mesure où les choses se rôdent, se mettent en place. La phrase de Vincent Estival, dite avec humour, au milieu du concert « C’est vachement bien rôdé votre truc » montre un peu le ton de la soirée. Pour autant, ces quelques soucis techniques n’ont en aucun cas gâché le moment, donnant même le sentiment d’assister à un moment un peu spécial, comme les privilégiés des débuts d’un groupe. On ressent également une vraie complicité entre Vincent et Morgane qui laisse profiler un bel avenir à ce duo.  Viens le moment des chansons  Not too late et Was it good qui m’ont vraiment marqué mais qui ne figurent, malheureusement pas, sur l’EP.
P1010136
Enfin, viens le moment du rappel. On ne sait pas trop s’il était réellement prévu. On s’en bien que notre duo est embarrassé du fait de ne pas avoir plus de chansons à nous présenter. Ce sera donc une reprise Falling man ainsi que de nouveau le titre Spain ce qui n’est pas pour nous déplaire.
C’est donc un très joli concert auquel j’ai pu assisté ce soir du 13 février. Certes un peu court, une heure, mais qui augure que de belles choses pour la suite. On espère très vite un album et une tournée (quelques dates sont déjà prévues en Belgique).
T’as aimé? Alors Clique pour acheter.
Tagué , , , , , , , , , ,

MOBIUS 1,5/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Eric Rochant

Distribution: Jean Dujardin, Cécile De France, Tim Roth, Emilie Dequenne, Aleksey Gorbunov

Genre: Espionnage, Thriller

Date de sortie: 27 février 2013

Le résumé: Grégory Lioubov, un officier des services secrets russes est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires. Dans le cadre de cette mission, son équipe recrute Alice, une surdouée de la finance. Soupçonnant sa trahison, Grégory va rompre la règle d’or et entrer en contact avec Alice, son agent infiltré. Naît entre eux une passion impossible qui va inexorablement précipiter leur chute.

Ma critique:

Eric Rochant revient au cinéma après quelques échecs mais aussi après la réussite de la série Mafiosa si l’on en suit les diverses critiques. Pour autant après ce film, je dirai qu’il faut de nouveau qu’il revienne à la télévision. En effet, je n’ai pas vraiment apprécié ce film bien que je dois préciser que ce n’est pas mon genre de prédilection non plus. Pour moi, le scénario se veut complexe alors qu’il ne l’est pas forcément ce qui ne fait que perdre le spectateur au cours du récit. De plus, il ne se passe en réalité pas grand chose dans la mesure où le réalisateur a choisit de ne pas multiplier les scènes d’action, de bagarre ou de courses poursuites en voiture que l’on retrouve souvent dans ce style de film. Il n’y a donc qu’une scène de confrontation directe qui se passe dans un ascenseur et qui se révèle pourtant bien filmée et intéressante au vue du lieu. On est donc plutôt face à un film où les dialogues, les regards entre les acteurs priment. Cela rend les choses plutôt soporifiques et longues et empêche le spectateur de rentrer pleinement dedans. En outre Mobius se démarque par l’histoire d’amour qui naît entre Alice (Cécile De France) et Grégory (Jean Dujardin) qui est plutôt intéressante et donne du relief au film. En effet, cela apporte un enjeu supplémentaire amenant donc un certain suspens pas désagréable. Pour autant, ce suspens, qui aurait pu en être véritablement un, est montré de manière trop évidente et manque donc de finesse ce qui gâche par conséquent ce dernier. Je ferai également un reproche à la manière dont sont filmées les scènes d’amour. De nouveau, la réalisation manque de finesse et nous montre les choses de trop près ce qui en devient gênant. Finalement, les seuls points positifs sont les interprétations. Il est vrai que l’on retrouve Cécile De France dans un rôle plutôt inédit de femme adulte mature ce qui fait plaisir à voir. Jean Dujardin est bien également bien qu’il n’explose pas non plus. Emilie Dequenne m’a, quant à elle, un peu déplue … Elle se donne constamment un air mystérieux incompréhensible. Par conséquent, on est face à un film plutôt ambitieux pour un réalisateur français mais qui, malgré de bonnes interprétations, peine à embarquer le spectateur du fait d’un déroulement long et brouillon. 

MG_4763

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,