ALCESTE A BICYCLETTE 2,5/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Philippe Le Guay

Distribution: Fabrice Luchini, Lambert Wilson, Camille Japy, Maya Sansa

Genre: Comédie dramatique

Date de sortie: 16 janvier 2013

Le résumé: Au sommet de sa carrière d’acteur, Serge Tanneur a quitté une fois pour toutes le monde du spectacle. Trop de colère, trop de lassitude. La fatigue d’un métier où tout le monde trahit tout le monde. Désormais, Serge vit en ermite dans une maison délabrée sur l’Île de Ré… Trois ans plus tard, Gauthier Valence, un acteur de télévision adulé des foules, abonné aux rôles de héros au grand cœur, débarque sur l’île. Il vient retrouver Serge pour lui proposer de jouer «Le Misanthrope» de Molière. Serge n’est-il pas devenu une pure incarnation du personnage d’Alceste ? Serge refuse tout net et confirme qu’il ne reviendra jamais sur scène. Pourtant, quelque chose en lui ne demande qu’à céder. Il propose à Gauthier de répéter la grande scène 1 de l’Acte 1, entre Philinte et Alceste. Au bout de cinq jours de répétition, il saura s’il a envie de le faire ou non. Les répétitions commencent : les deux acteurs se mesurent et se défient tour à tour, partagés entre le plaisir de jouer ensemble et l’envie brutale d’en découdre. La bienveillance de Gauthier est souvent mise à l’épreuve par le ressentiment de Serge. Autour d’eux, il y a le microcosme de l’Île de Ré, figée dans la morte saison : un agent immobilier, la patronne de l’hôtel local, une italienne divorcée venue vendre une maison. Et l’on peut se prendre à croire que Serge va réellement remonter sur les planches…

Ma critique:

Le film précédent de Philippe Le Guay, Les femmes du 6è étage, m’avait vraiment plu à tel point que j’avais vraiment hâte de découvrir son nouveau film et ce d’autant plus que Fabrice Luchini faisait de nouveau partie de l’aventure. Or, j’ai plutôt été déçue par cette nouvelle réalisation. C’est assez perturbant dans la mesure où j’ai pleins de choses à lui reprocher et en même temps, pas tellement. Je m’explique … Ce film détient un scénario vraiment basique: un acteur souhaite monter une pièce de théâtre de Molière et vient chercher un acteur qui s’est retiré du métier. Le film ne tient que sur ce synopsis et par conséquent, donne le sentiment d’une redondance. On ne voit principalement que les deux acteurs répétés échangeant parfois les personnages à travers le hasard du « pile ou face ». On a donc tendance à s‘ennuyer par moment surtout que ce sont généralement les mêmes passages que l’on voit être répétés. Pour autant, le film respecte parfaitement ce que l’on attend de lui et, en ce sens, la bande-annonce n’est pas du tout mensongère. Par ailleurs, la prétendue recherche de maison de la part de Gauthier Valence (Lambert Wilson) permet de faire émerger un nouveau personnage, finalement clé, celui de Francesca interprété par Maya Sansa. C’est au travers de cette relation entre les trois personnages que l’histoire devient la plus intéressante. En effet, les petites rivalités que l’on pouvait ressentir, notamment, au moment de la distribution des personnages, sont à leur apogée dès lors que la femme entre dans leur quotidien. Les langues se délient alors et une tension se crée. Chacun cherche à se mettre en avant et à se montrer meilleur que l’autre. On peut alors y voir un parallèle avec la cruauté qu’il peut y avoir dans le monde des arts du spectacle. On ressent, effectivement, que Philippe Le Guay utilise ce film pour faire passer quelques messages et exprimer ce qui le dérange dans le monde du cinéma. En outre, le vrai point fort du film est quand même ses deux acteurs principalement qui excellent dans leur interprétation et donnent envie de les voir au théâtre. On peut, également, mettre en avant les paysages de l’Ile de Ré qui représentent un vrai dépaysement, surtout en cette période hivernale. Par conséquent, on est face à un film plutôt décevant mais qui met en avant des points intéressants sur la rivalité entre les acteurs, le tout porté par des décors plaisants.

Les plus: Fabrice Luchini et Lambert Wilson qui font preuve d’une véritable complicité

Les moins: La faiblesse du scénario qui tend à ennuyer / l’inutilité de l’histoire avec l’actrice de films X

ALCESTE

Publicités
Tagué , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :