RENOIR 2,5/5

Image

Origine: France

Réalisateur: Gilles Bourdos

Distribution: Michel Bouquet, Christa Théret, Vincent Rottiers, Thomas Doret, Solène Rigot, Romane Bohringer

Genre: Drame

Date de sortie: 2 janvier 2013

Résumé: 1915. Sur la Côte d’Azur. Au crépuscule de sa vie, Auguste Renoir est éprouvé par la perte de son épouse, les douleurs du grand âge, et les mauvaises nouvelles venues du front : son fils Jean est blessé… Mais une jeune fille, Andrée, apparue dans sa vie comme un miracle, va insuffler au vieil homme une énergie qu’il n’attendait plus. Éclatante de vitalité, rayonnante de beauté, Andrée sera le dernier modèle du peintre, sa source de jouvence.
Lorsque Jean, revenu blessé de la guerre, vient passer sa convalescence dans la maison familiale, il découvre à son tour, fasciné, celle qui est devenue l’astre roux de la galaxie Renoir. Et dans cet éden Méditerranéen, Jean, malgré l’opposition ronchonne du vieux peintre, va aimer celle qui, animée par une volonté désordonnée, insaisissable, fera de lui, jeune officier velléitaire et bancal, un apprenti cinéaste…

Ma critique:

Renoir est un film particulier qui plait et déplait en même temps. Sa réalisation est très classique voire académique mais c’est très bien fait. La reconstitution de l’époque est plaisante et les lumières du sud de la France sont mises en avant avec beaucoup de réussite. Les lumières, les couleurs, la nature font de ce film un moment apaisant. On peut alors aisément faire un rapprochement entre les décors, la manière de les filmer et une peinture qu’aurait pu faire Renoir, père. Pour autant, même si ce film est agréable à voir, il n’en est pas moins vide. En effet, on a le sentiment que le réalisateur n’avait rien à raconter de précis. On est simplement face à un instant de vie dans la famille Renoir: une nouvelle fille devient la muse de Renoir, père tandis qu’un de ses fils parti à la guerre, Jean, est contraint de revenir suite à une grave blessure. On a alors une succession de scènes qui est faite, souvent sans beaucoup d’intérêt. Ces différentes scènes pourraient de nouveau faire l’objet d’une peinture. Le problème, ici, c’est que c’est un film et qui dit film dit dialogues et succession logique des scènes. Par conséquent, le problème fondamental de ce film est qu’il aborde différents sujets sans réellement les traiter. En effet, on voit peindre Renoir mais on n’a pas d’explications sur sa technique ou sur ses oeuvres. Le réalisateur évoque l’histoire d’amour entre Jean et la nouvelle muse sans aller au bout des choses. Le thème de la guerre est également abordé de manière superficielle avec notamment une scène où l’on voit des « gueules cassées » sur le bord de la route et ce sans explication ni raison. Concernant les acteurs, Christa Théret est convaincante en muse mystérieuse qui souhaite évoluer dans la vie. Et soit dit en passant, le roux lui va vraiment bien. Michel Bouquet est très bien dans le rôle du peintre. Il habite ce personnage. Je mettrais cependant, un bémol pour l’interprétation de Jean par Vincent Rottiers que j’ai trouvé éteint et peu engagé dans son rôle. Finalement, Renoir est un film classique qui multiplie les thèmes sans pour autant nous en apprendre plus sur le peintre mais qui pourrait plaire aux fans.

Les plus: la manière dont est filmé le sud de la France/ Michel Bouquet / Christa Théret

Les moins: La multiplication des thèmes non approfondis / Vincent Rottiers

renoir604-604x400

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , ,

Une réflexion sur “RENOIR 2,5/5

  1. CinéScrat dit :

    Comme promis sur Twitter voici les points sur lesquels je suis d’accord avec toi, même si je ne m’en suis rendu compte qu’après la lecture de ta critique :

    – réalisation classique, côté apaisant
    – l’impression de vide : ça ne m’avait pas spécialement choqué en voyant le film mais je comprends ce que tu veux dire. C’est vrai qu’il n’y a pas vraiment de scénario complexe, de choses importantes, au final on suit une tranche de vie chez les Renoir (ou quelques tranches de vie). Mais cela ne m’a pas spécialement dérangé sur le coup
    – on voit Renoir peindre, mais on entend plus parler de sa renommée que de sa technique par exemple, maintenant c’est vrai aussi que ce n’est pas un « vrai » biopic sur Renoir-père…
    – je me suis demandé pendant le film quel était le but de montrer les « gueules cassées ». Peut-être simplement pour faire un contraste entre la vie d’Andrée et la réalité de la guerre, et aussi lui faire peur par rapport à Jean ?
    – le roux va effectivement très bien à Christa Théret 🙂

    Voilà voilà !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :